LuckyLuke

La 43e édition du festival d'Angoulême va consacrer une exposition aux 70 ans du célèbre personnage crée par Morris.

 

Après deux années de tempête, c'est finalement dans une atmosphère apaisée que le festival de la bande dessinée aborde sa 43ème édition, du 28 au 31 janvier 2016. Premier objectif: rendre hommage au célèbre cowboy de Morris qui fêtera ses 70 printemps.

Le festival d'Angoulême peut enfin souffler. Après deux années de bisbilles autour de la gestion du Festival international de la bande-dessinnée (FIBD), les deux entités à sa tête, l'Association du Festival et Neuvième Art+, semblent être parvenues à un accord.

Mardi, annonce a été faite que la procédure de dénonciation lancée par l'Association, qui visait à mettre fin à la convention entre les deux organisations, était «nulle et non avenue». En clair, à compter de 2017, Neuvième Art+, l'organisateur privé aux manettes du festival depuis 2007, continuera bien à en assurer la gestion, et ce pendant dix ans.

Pour le président de Neuvième Art +, Franck Bondoux, qui s'est confié au Figaro, ce statu quo n'a rien de surprenant. «Même si tout n'est pas parfait, Neuvième Art+, c'est un peu l'ADN d'Angoulême. Aujourd'hui, grâce au travail de ces huit dernières années, le festival rayonne», commente-t-il.

Les chiffres lui donnent raison: depuis sa création en 1973 et avec une fréquentation moyenne de 200.000 personnes chaque année, Angoulême est le premier festival consacré à la bande dessinée en Europe.

«Tout va bien»

Selon Franck Bondoux, cette reconduction à laquelle bien peu croyaient, est plus qu'un aboutissement, cela marque le point de départ d'une nouvelle gestion du festival, plus apaisée. «Nous avons déjà jeté les bases d'un accord visant à refonder les relations à la tête du festival, accord que nous concrétiserons autour de la rentrée», explique-t-il. «En tout cas, la situation aujourd'hui est plus claire, plus saine. Tout va bien.»

Voilà qui devrait rassurer ceux qui -et ils sont nombreux- s'inquiètaient des conséquences de ces conflits internes sur la 43ème édition du festival, prévue dans seulement six mois. Si Franck Bondoux concède un retard sur le planning initial, il semble confiant. «On va simplement devoir mettre les bouchées doubles!», avoue-t-il.

Pas de planning précis pour le moment, donc. Mais une chose est sûre: Angoulême 2016 consacrera une grande exposition aux 70 ans de Lucky Luke dans les murs du Musée de la BD.

Selon Franck Bondoux, les aventures du célèbre cow-boy solitaire, créé par Morris en 1946, constituent «une œuvre majeure, et contrairement à ce qu'on croit, très innovante». Un an après un festival un peu spécial, sous le signe des attentats à Charlie Hebdo, cette nouvelle édition devrait s'ouvrir sous des cieux plus sereins.

LeFigaro.fr