CriseGrecque

La campagne de boycott de l’Allemagne n’est qu’un nouvel exemple de la guerre des stéréotypes à l’œuvre en Europe, entre Grecs paresseux, Finlandais glaciaux et Français fourbes.

L’accord au forceps auquel l’Eurogroupe est parvenu le 13 juillet n’a pas contribué à la bonne réputation de l’Union européenne (UE), et encore moins de l’Allemagne. Après des semaines de tractation et une nuit de négociation, les dirigeants des pays de la zone euro, sous l’égide de l’Allemagne, ont ouvert la voie à un nouveau plan d’aide pour la Grèce de 80 milliards d’euros, conditionné à de sévères mesures d’austérité.
 


Un renoncement pour Alexis Tsipras, élu sur la promesse de mettre fin à cette politique, un “coup d’Etat” pour de nombreux internautes qui, après le mot-dièse #ThisIsACoup, ont lancé sur les réseaux sociaux une campagne de boycott de l’Allemagne.

Evidemment. Il ne manquait plus que ça, déplore le Corriere della Sera. Rien de tel qu’un boycott pour incarner ce grand lieu commun de la méchante Allemagne, la perfide Allemagne, l’arrogante Allemagne, l’impériale Allemagne, la ‘granttte Allemagne !’ Croyant œuvrer pour les Grecs, les partisans du boycott affublent le pays d’Angela Merkel de tous les torts, écrit le journal de Milan : celui d’imposer sa “discipline obtuse”, de vouloir “affamer les Grecs” et de faire “avec l’euro ce à quoi Hitler n’est pas parvenu avec les chars”.

Festival de lieux communs

“Malheureusement, la crise grecque a révélé le pire de nous-mêmes, poursuit le Corriere. Nous avons participé, dans une plus ou moins grande mesure, au festival des lieux communs”, de telle sorte que “tous les peuples sont devenus leur propre caricature”.

Matteo Renzi s’est montré tantôt aux côtés de Mme Merkel, tantôt aux côtés de M. Tsipras ? Pas étonnant : les Italiens cherchent toujours à se donner “une visibilité exagérée” et ne choisissent jamais de camp. Idem pour la tentative de médiation de François Hollande, caractéristique de “ces Français fourbes, déloyaux et fuyants”. Quant à la position rigide du gouvernement finlandais, on n’en attendait pas moins de la part de “ces Nordiques froids, intransigeants, têtus et dénués de sentiments”. Mais c’est bien normal, après tout, face à “ces Grecs feignants, incapables de tenir parole” et qui “se dorent la pilule au soleil en abusant de l’ouzo”. 
 


Jamais on n’avait autant confondu un peuple et son gouvernement qu’à la faveur de cette crise, conclut le quotidien italien. “Désormais, on ne parle plus du ‘gouvernement allemand’ mais des ‘Allemands’”, et il n’y a pas de “bonne ou de mauvaise politique”, juste la prédisposition naturelle d’une communauté à un comportement. Malheureusement, “la force du lieu commun est invincible. Le stéréotype bat tout argument rationnel.”
 

.

CourrierInternational.com