Publié le 11/04/2013 à 06h00 | Mise à jour : 11/04/2013 à 08h38

Le bus rapide à haut niveau de service sera l’un des gros dossiers du Conseil communautaire ce jeudi soir. Les tarifs STGA (Société des transports du Grand-Angoulême) restent inchangés, comme la taxe d’ordures ménagères

Le 29 mars 2012, un bus à haut niveau de service (BHNS) de marque Irisbus Iveco a traversé l’agglomération d’Angoulême du nord au sud, pour une simple démonstration (Archives Céline Levain)

Promis, c’est la dernière fois qu’on l’appelle « busway ». Le futur transport en commun en site propre du Grand-Angoulême, un bus à haut niveau de service, a désormais un nom, Mobilix (1). Ce projet est l’un des gros morceaux du Conseil communautaire de ce jeudi soir, avec l’adoption d’un calendrier de concertation et la création de la Société publique locale d’aménagement qui va assister le maître d’ouvrage (Grand-Angoulême) dans ce projet.

Voici, brossées à grands traits, les délibérations majeures examinées ce jeudi soir.

1. Plan de déplacements urbains

Le Plan de déplacements urbains (PDU), amendé sur deux points suite au second round de concertation, est soumis au vote du Conseil. Les deux points modifiés sont les suivants : la densité urbaine le long du tracé et la place du vélo, considéré comme un moyen de déplacement à part entière et non plus sur le mode loisir.

En matière de définition de la densité urbaine dans le faisceau entourant le tracé de Mobilix, « nous avons tenu compte de toutes les remarques des communes », a précisé hier Michel Germaneau, vice-président chargé des mobilités.

2. Bus à haut niveau de service

Le PDU adopté, la phase de concertation sur le bus à haut niveau de service (BHNS) peut commencer. Comme déjà annoncé, cette première phase se déroulera de mi-mai à mi-juin. Six réunions publiques sont prévues avant l’été. Les alternatives possibles des tracés seront présentées, pour avis et suggestions, avant l’achèvement des études. Ce jeudi soir, les élus sont invités à valider le nouveau calendrier de concertation (décalé de quelques mois par rapport aux prévisions) et les modalités de la concertation. Pour information, la réalisation du BHNS sera découpée en trois phases. La première phase, qui concerne Angoulême intramuros et le pôle d’échange de transports à la gare, devra être réalisée d’ici 2017, pour l’arrivée de la LGV. Les deux autres phases, « les extrémités » du réseau en double Y (l’ouest, La Couronne et L’Isle-d’Espagnac) sont désormais envisagées plutôt en 2018.

Dans deux délibérations distinctes, les élus sont également invités à approuver la création d’une société, une Société publique locale d’aménagement (SPLA), dont le capital sera détenu par le Grand-Angoulême (majoritaire) et les communes de l’Agglo qui souhaitent être actionnaires.

Pourquoi créer cet « outil » pour réaliser le réseau Mobilix ? Deux intérêts : - Pouvoir gérer des investissements trois fois plus importants que ceux habituellement pilotés en direct par l’Agglo, sans faire gonfler les effectifs de manière pérenne. Du personnel de l’Agglo sera certainement mis à disposition de la SPLA, mais il sera appuyé par des personnes recrutées en mission.Aller plus vite : une SPLA n’est pas soumise aux appels d’offres en ce qui concerne les études.

La SPLA a pour objet d’assister l’Agglo dans la maîtrise d’ouvrage du projet de transport en commun en site propre. Le sujet reviendra sur le tapis lors du Conseil communautaire de mai (pour définir le conseil d’administration). La naissance de la structure ne sera effective qu’au moment du dépôt des statuts, certainement au mois de juillet.

3. Les taxes, taux et tarifs 2013 inchangés

Ce jeudi soir, les élus sont invités à valider des tarifs STGA inchangés pour le mois de juillet, un taux de taxe sur les ordures ménagères qui ne bouge pas et des taxes sur les entreprises (les remplaçantes de la taxe professionnelle) qui sont stables.

4. Une bonne nouvelle : 40 emplois à venir

Depuis 2002, l’Agglo est propriétaire d’un immeuble, allée de Bellevue, qu’elle loue à la société AON (assurances, réassurances, courtage) qui emploie aujourd’hui 157 salariés. La société souhaite développer ses activités et créer 40 nouveaux emplois à Angoulême.

Un investisseur a été trouvé pour l’immeuble, qui va le racheter, construire l’extension nécessaire et continuer à le louer à AON. L’Agglo va donc empocher les 2,7 millions d’euros de la vente. Ils vont être investis dans le projet de parc d’activités tertiaires de Bel-Air, qui démarre.

(1) Le transport en commun a été fixé comme une priorité du Plan de déplacements urbains (PDU).

SUDOUEST.fr