Charente Libre a assisté pour vous au conseil municipal d'Angoulême. Voici le résumé de la soirée.

20h20. Le conseil est fini. A peine plus de deux heures de débat dont la moitié sur les rythmes scolaires. Angoulême passera à la semaine de 4 jours et demi à la rentrée prochaine, malgré l'opposition de la droite et des communistes qui marquent leur différence.

20h: Cazenave dessine sur Facebook

Dialogue de sourd sur l'Oru de Basseau. Lavaud explique tout mettre en oeuvre pour garder à Angoulême les logements sociaux que l'équipe précédente avait choisi d'expédier en dehors d'Angoulême.

Muet sur ce dossier, Cazenave  publie un dessin sur Facebook, regrettant que le nouveau projet pour Basseau ne soit pas présenté. On y voit des habitants dépités avec cette légende. "On lui dit qu'il nous a oublié". Cazenave a plus de chance d'être élu maire un jour que Grand Prix du festival de la BD d'Angoulême.

19h40. 1,5 millions de voirie pour le busway

Le conseil vote une enveloppe de 1,5 millions pour des travaux de voirie à Basseau, en vue de l'arrivée du Busway. François Elie s'étonne, "alors que le projet n'est pas voté". Philippe Lavaud en profite pour dire tout le bien du futur transport en commun en site propre, soutenu à l'époque par le ministre Borloo.

 

Une équipe de prévention nocturne

Angoulême va mettre en place "Une équipe de prévention nocturne" dans le Vieil Angoulême. Elle sera chargée de lutter contre l'alcoolisation et le tapage nocturne à proximité des bars, de 22h30 à 2h30, les jours et mois où la fréquentation est la plus importante.

Cette équipe sera composée de professionnels de la médiation et de bénévoles. Mais pas de policiers municipaux comme l'aurait souhaité Xavier Bonnefont pour l'opposition.

Vergnaud se fait bâcher.

Dossier technique. Question de Philippe Vergnaud, qui vient d'intégrer le conseil. Réponse de Rachid Rahmani: "La réponse est dans la délibération". En clair, il faudrait lire les dossiers.

Rythmes scolaires: l'opposition et les communistes contre

Premier dossier l'adoption de la semaine de quatre jours et demi dès la rentrée prochaine pour les 31 écoles primaires de la ville.

Par la voix de François Elie, l'opposition explique qu'elle n'est pas contre "une réforme qui peut être bénéfique" pour l'enfant. Mais elle regrette une "précipitation" ainsi qu'un "manque d'information, de temps et de pertinence". "Nos enfants ne seront pas plus idiots que ceux qui repoussent la réforme à 2014".

Réponse du maire: "L'éducation est le fer de lance de notre projet depuis 2008. Le projet ministériel est dans le droit fil de ce que nous avons déjà mis en place. La concertation a déjà eu lieu avec tous les acteurs" assure Philippe Lavaud. "On tirera le bilan en 2014".

Philippe Vergnaud , pour l'opposition, regrette que la question du samedi matin n'ait pas été posée: "Certains, en particulier chez les commerçants, regrettent l'école du samedi. Elle permettait aux parents d'aller au marché. Je me doute que cette idée pour relancer le commerce va faire danser la lambada". Marie Marion, l'adjointe à l'éducation, ne s'est pas risquée. Elle s'est contentée de mettre dans la balance les contraintes des parents divorcés.

Nicolas Baleynaud, pour les communistes, annonce qu'il votera contre. Il estime que l'Etat se décharge sur les collectivités de sa première mission de service public qui est l'école. "J'espère que cette position ne vous a pas été dictée depuis Bordeaux ce week-end", déplore Philippe Lavaud, en référence à Mélenchon et au congrès du Parti de Gauche. C'est une des toutes premières fois que les communistes du conseil manquent à la majorité. L'approche des élections?

Samunel Cazenave pose deux questions: "Combien ça coûte et avec quel contenu". "Ca coûte un choix politique. Moins de 200.000 euros", répond le maire qui renvoie à une réunion ultérieure pour le contenu.

18h05. Le conseil commence par une minute de silence en hommage au soldat du RIMa, Alexandre Van Dooren, mort au Mali.

Le 25 mars à 17h40 par ncer | Mis à jour le 25 mars à 07h38

CHARENTELIBRE.fr