Comme on pouvait le redouter, les filles de Corinne Diacre ont été surclassées par la meilleure équipe d'Europe, hier après-midi, sur la pelouse de la plaine des jeux de Gerland (11-0).

Anaïs Dumont poursuivie par la meneuse de jeu des Bleues Louisa Necib. (photo Mickaël Guay)

Comme l'OL, invaincu et solide leader, Soyaux domine aussi son championnat (16 victoires, 1 nul, aucune défaite) mais de D2 ! Hier, pour ce huitième de finale de Coupe de France, les Charentaises ont pu mesurer la différence. Au total, 11 buts encaissés, aucun inscrit ! Plus qu'une division, c'est bel et bien un monde d'écart qui sépare Soyaux de la meilleure équipe d'Europe, par ailleurs victorieuse dernièrement de Malmö (5-0) en quarts de finale de la Ligue des Champions féminine.

Deux erreurs dès l'entame

Le changement de Coupe n'a donc pas modifié la soif de succès des Lyonnaises. Il faut écrire que les Charentaises ont, de surcroît, apporté de l'eau au moulin offensif des Olympiennes, en leur offrant deux de leurs trois premiers buts. Un « csc » de la malheureuse libéro Pascaud (1-0, 5e) et une passe hasardeuse aux 25 mètres, aussitôt convertie par Le Sommer (3-0, 12e), l'OL n'en demandait pas tant. Avec, entre-temps, le but inscrit de la tête sur corner par Renard (2-0, 8e), Soyaux, mené 3-0 en moins d'un quart d'heure, ne pouvait pas plus mal entamer cette rencontre déjà déséquilibrée au départ. Mais, les Charentaises refusaient de baisser les bras et, oubliant leur complexe, venaient presser haut leurs prestigieuses adversaires.

Moins à l'aise, les locales se contentaient alors d'une tête victorieuse de Tonazzi (4-0, 25e) pour corser l'addition, même si Nadal devait se distinguer dans sa cage (20e, 37e, 38e). Mieux, ce premier acte se terminait par un long coup-franc d'Elwis sur la barre transversale olympienne.

Malheureusement, au retour des vestiaires, Soyaux se faisait d'entrée surprendre par cette diablesse de Le Sommer, trop libre de ses mouvements à la réception d'un coup-franc de Bompastor (5-0, 49e).

Mais les filles de Corinne Diacre persévéraient dans leur volonté de venir gêner les Lyonnaises dans leur propre camp.

Une tactique osée mais payante, l'OL n'inscrivait son sixième but que sur un nouveau coup de pied arrêté (6-0, 63e).

Hélas, la fin de match, avec l'entrée en jeu de la terrible Suédoise Schelin, tournait au cauchemar pour les Charentaises.

Fatiguées, elles laissaient des boulevards dans leur dos dont se régalait le duo Schelin-Le Sommer. La Suédoise de Lyon signait un doublé en deux minutes (68e, 70e) et Le Sommer s'offrait, pour sa part, un quadruplé. L'internationale Nécib clôturait la démonstration d'une jolie frappe pour un 11-0 final. Hier, Soyaux s'est heurté de plein fouet au très haut niveau.

Publié le 25/03/2013 à 06h00 - Par Jean-François Dupra

SUDOUEST.fr