Photo Renaud Joubert 

Alors que dans le cadre d'une restructuration, la Banque de France ne comptera plus d'ici quelques années que six agents à Angoulême contre 44 actuellement, le sénateur et président du conseil général de la Charente a interpellé ce mardi lors des questions au gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du Gouvernement à ce sujet.

Il a relayé les revendications du personnel, qui demandent la suspension des fermetures et la modernisation de la gestion du personnel. "Qu'entend leur répondre le Gouvernement ?", a questionné Michel Boutant. Il a reçu une fin de non recevoir de la part de la ministre, qui n'entend pas remettre le plan de la Banque de France en cause

La réponse de la porte-parole du gouvernement: "L'État soutient la démarche d'optimisation et de bonne gouvernance de la Banque de France, dont certaines implantations connaissent une baisse importante d'activité. Le plan présenté le 21 septembre 2012 par le gouverneur fait actuellement l'objet d'une concertation. Il s'étalera de 2013 à 2020. Le Gouvernement a posé le principe d'une succursale par département, voire plus quand la géographie ou les circonstances économiques le justifient. Deuxième principe, l'optimisation de la gestion des activités qui ne nécessitent pas de contact avec le public, gestion administrative des dossiers de surendettement ou cotation des entreprises, sur 44 implantations. Pour les activités fiduciaires, la Banque de France fait face à de forts enjeux. Avec deux nouveaux centres dans le Nord et la Seine-Saint-Denis, la situation s'améliorera, étant précisé que ces activités tertiaires ne se font pas en contact avec le public.

Le calendrier est progressif. Un plan de sauvegarde de l'emploi est prévu pour les 227 agents concernés par la fermeture de caisses ; 175, en fait, compte tenu des départs en retraite. La mise en oeuvre de ce plan se fera sans aucun licenciement. La région Poitou-Charentes bénéficiera d'une implantation régionale à Poitiers et de trois implantations départementales, à La Rochelle, Niort et Angoulême. L'État est très attentif à la qualité du dialogue entre la Banque de France et ses salariés."

29 Janvier 2013 | 17h11 - Mis à jour | 17h11

A LIRE AUSSI

 

CHARENTELIBRE.fr