La direction de PSA fait son outing. En utilisant l’arme du « lock-out » à  PSA Aulnay, c'est-à-dire en fermant l’accès de son usine à tous ses salariés, même aux non-grévistes, la direction de PSA dévoile sa nature profonde. Elle ne se soucie pas de l’avenir de ses salariés et elle méprise le respect des règles du droit du travail, le lock-out étant interdit et sanctionné par les tribunaux.

Cette méthode est indigne, puisqu’elle consiste ni plus ni moins qu’à frapper les salariés au porte-monnaie pour les affaiblir, les priver de leurs moyens de subsistance et essayer de leur ôter toute volonté de contestation. PSA s’engage dans un bras de fer, mais sa méthode ne répond pas aux inquiétudes légitimes des salariés, et de la population, sur ce que deviendra l’emploi, l’usine et ce dont l’avenir sera fait.  

Ce lock-out décidé au nom d’un prétexte fallacieux, montre que le patronat de PSA s’inscrit dans la longue tradition des Maitres de Forges, celle d’un patronat de combat, prêt à tous les chantages pour imposer la loi du capital sur l’intérêt social de ses salariés.

Le Parti Communiste s’insurge contre la violence de cette fermeture et apporte tout son soutien aux salariés de PSA. Nous demandons la réouverture immédiate de l’usine, et  la tenue de véritables négociations ouvrant des perspectives d’avenir pour les salariés d’Aulnay.

Le Parti Communiste participe activement à la diffusion d’un « appel pour l’emploi et l’industrie en Seine-Saint-Denis », intitulé  « le temps du changement est venu ! ». Des dizaines de signatures ont été recueilli en quelques jours, parmi des responsables politiques, des militants syndicaux, des responsables associatifs et des citoyens. Ils se rassemblent pour promouvoir et défendre des alternatives aux licenciements, aux fermetures d’usines et à une dérèglementation du droit du travail.

Hervé Bramy, secrétaire départemental du PCF

- le 22 Janvier 2013