Patrick Poujade apprécie l'engagement de son adjointe.Photo CL

L'année se présente bien, nous ne sommes pas dans les pires conditions, mais ensemble, avec nos partenaires, nous devons nous serrer les coudes sur le plan de la politique de scolarité globale.» Patrick Poujade, le principal du collège Romain-Rolland, se veut confiant malgré les difficultés; il avait déjà abordé le sujet lors de la prérentrée: «Depuis mon arrivée il y a trois ans, le collège accueille de plus en plus d'élèves issus de familles défavorisées, qui n'ont pas les bases de langage suffisantes, je pense aux primo-arrivants qui sont en difficulté de scolarité et linguistiques, ou qui ont eu une scolarité discontinue. Il faut être plus vigilant, rappeler plus régulièrement les règles de vie».

Pour cela, le principal peut compter sur son équipe enseignante qui compte huit nouveaux professeurs (dont quatre en partage): «Des professeurs soudés, motivés, d'autant plus qu'avec le dispositif Eclair (Ecole, collège, lycée, ambition, innovation, réussite), nous avons des moyens pour mettre des choses en place. Cette année sera celle de la construction des savoirs et compétences, maîtrise du langage et de l'oral, raisonnement logique, etc.» Les élèves seront aussi sensibilisés à la gestion du cartable: «C'est un gros souci, il faut que le collégien ait une continuité dans l'ordre de la méthodologie, c'est un grand projet du contrat dans le cadre du réseau, notamment pour les élèves de CP et CE1 pour un apprentissage langagé». Avec 222 élèves cette année, dont 58 en Segpa (Section d'enseignement général et professionnel adapté), le collège compte trois classes de 6e et deux de 5e (avec 24 élèves par classe, alors que l'année dernière, ils étaient 26).

Enfin, le collège a accueilli une nouvelle principale-adjointe, qui succède à Jean-Pierre Ruiz, parti à La Rochelle. Il s'agit de Valérie Comet-Filion, qui elle aussi affiche un bel optimisme et une motivation sans faille: «C'est mon premier poste après ma réussite au concours de personnel de direction en 2012. Ce poste, je l'ai choisi, ce n'est pas une affectation subie, j'avais mis ce choix en tête de mes voeux !»


15 Septembre 2012 | 04h00 - Mis à jour | 08h21

CHARENTELIBRE.fr