Le président de l'Amicale des locataires, Robert Lafleuriel. (Ph. c. t.)

L'Amicale pour la défense des locataires du Champ-de-Manoeuvre a tenu son assemblée générale, samedi 2 juin.

Voici en partie le communiqué du secrétaire de cette association, Joël Levreau : « Un mécontentement réel s'est manifesté à propos des travaux de l'Opération de renouvellement urbain (ORU) et de la résidentialisation. En effet, 332 logements ont été cassés et depuis, la reconstruction promise patine ! Le programme de la location-accession est en panne ! À ce jour, deux constructions seulement sont en cours de réalisation : 20 logements par Logélia, 15 logements par la SA Le Foyer-Vilogia. Ce dernier bâtiment neuf est très mal placé, à quelques mètres seulement de la résidence du Centre. »

Arbres arrachés

« Parler de mixité sociale, comme le fait le maire (François Nebout), ce n'est pas réaliste. Il aurait fallu reconstruire en même temps que l'on cassait. Quant à la résidentialisation, les travaux ne correspondent pas aux attentes des locataires. »

« À titre d'exemple, les intentions écologiques annoncées dans le projet ne sont pas réalisées : arbres arrachés sans discernement ; de magnifiques bosquets - qui ne gênaient personne - aux pieds des immeubles ont disparu, laissant place à des plantations rachitiques. Le nombre d'arbres replantés est loin de compenser les arrachages. On fait, on défait, on refait ! On trace de nouvelles allées dont l'utilité échappe aux habitants. L'apothéose de ces réalisations inutiles, c'est la réalisation d'une allée juste devant les entrées des bâtiments Z (2, 4, 6 et 8) du boulevard Vincent-Auriol, allées qui mettent en danger la sécurité des locataires et des enfants. »

Poubelles

À propos de l'implantation des poubelles, un vent de fronde a soufflé dans l' assistance pour dénoncer des nuisances : odeurs, invasion d'insectes, désagréments visuels et difficultés d'accès pour les personnes âgées. Les locataires affirment : « Nous payons des loyers assez chers, qui justifient une meilleure sécurité et de vivre en paix. »

Enfin, l'action de l'Amicale des locataires contre les charges nouvelles de la résidentialisation, qui doivent s'appliquer après la fin des travaux, a fait l'unanimité. Et beaucoup de voix se sont exprimées pour dire que « l'entretien des parties communes, ici ou là, laisse à désirer ».

11 JUIN 2012 - 09:29 - Par Cédric Tricaud

SUDOUEST.fr