Faire ses courses en ligne, c'est tendance. Trois nouveaux «drive» sont en projet dans l'agglomération d'Angoulême. Les grandes enseignes alimentaires cherchent à attirer une nouvelle clientèle.

auchan-la-couronne-a-amenage-son-drive-dans-un-batiment-de_308102_516x332

Pour beaucoup de clients, le gain de temps et la maîtrise des dépenses sont
les atouts majeurs des courses au «drive».Photos Renaud Joubert

Le supermarché en ligne, c'est tendance. La corvée des courses est désormais au bout du clic grâce aux services «drive» (1). Dans l'agglomération d'Angoulême, le concept se développe à toute allure avec l'ouverture d'un Intermarché drive à Linars le week-end dernier et la création de trois nouveaux sites en projet: un autre Intermarché drive dans la zone des Montagnes, un Chrono drive à Soyaux dans la zone de Parc & Diem et un Leclerc drive à L'Isle-d'Espagnac au rond-point de Brébonzat.

Pour l'instant, compte tenu des coûts de la création et du fonctionnement d'un drive en site propre, il s'agit plus pour les grandes enseignes d'un positionnement stratégique vis-à-vis de la concurrence que d'un jackpot. D'autant que les clients qui y font leurs courses ne les font plus dans les hypers qui mettent en place ces «drive». «Il y a moins de références disponibles [6 000 en moyenne contre 30 000 dans une grande surface, NDLR], mais l'avantage, c'est que je peux lister mes courses de mon bureau et passer les prendre deux heures après. Au niveau du prix, c'est pareil. C'est une question de confort quand on est très prise par son travail et ses enfants le week-end», confie une mère de famille, directrice administrative et financière d'une entreprise du bâtiment.

Et vous, vous faites vos courses dans un "drive"?

28 Mai 2012 | 04h00  Mis à jour | 09h34 - Alexandre Le Boulc'h

CHARENTELIBRE.fr

 


 

 

Nos cousins d'outre-atlantique sont confrontés depuis longtemps à  
l'invasion des supermarchés, 
des zones commerciales, et autres "riz-tél-pârk".        
Une expression bien de chez eux en témoigne                                         
" si tu as tout a portée de la main, c'est toi qui devient la marchandise ".