Pour protester contre la sanglante répression en Syrie, six pays européens ont rappelé leur ambassadeur à Damas, mais la représentation de l'UE reste ouverte. Un renforcement des sanctions économique est également à l'étude, qui s'ajouterait à l'embargo sur le pétrole et les ventes d'armes.

 

9 février 2012

LE SOIR BRUXELLES

PRESSEUROP.fr