Décédé à l'âge de 99 ans, l'économiste, connu pour ses travaux d'économie mathématique et ses prises de position sur la mondialisation, avait reçu le prestigieux prix en 1988.

Maurice Allais, le seul économiste français à avoir reçu le prix Nobel, est décédé, samedi 9 octobre, à l'âge de 99 ans.
Né le 31 mai 1911 à Paris, ce fils de commerçants, orphelin très tôt de père, avait reçu le prestigieux prix en 1988. Il avait été profondément marqué par la crise des années 30 ("c'est le krach de 1929 qui m'a poussé à faire de l'économie ", affirmait-il à l'AFP en recevant son prix), époque durant laquelle il mena des études brillantes, sortant major de Polytechnique en 1933.
Ses travaux ont essentiellement porté sur le développement de l'économie mathématique, notamment dans le domaine de la théorie de l'équilibre général, de la théorie du capital, de la théorie des choix, et de la théorie monétaire. Pionnier des analyses monétaires macrodynamiques, l'économiste a fait autorité pour ses études théoriques du risque, illustrées par son célèbre paradoxe: "moins le risque est grand, plus les spéculateurs fuient".

Critique de la "mondialisation généralisée"
Dans le débat public, Maurice Allais se définissait comme un "chantre du libéralisme", mais s'était élevé contre certaines dérives de la mondialisation. "La mondialisation ne peut qu'engendrer partout instabilité, chômage, injustices, désordres et misères de toutes sortes, et elle ne peut que se révéler finalement désavantageuse pour tous les peuples", s'insurgeait-il il y a encore quelques années dans la presse. "Une mondialisation généralisée n'est ni inévitable, ni nécessaire, ni souhaitable. La mondialisation, on ne saurait trop le souligner, ne profite qu'aux multinationales. Elles en tirent d'énormes profits".
"Beaucoup de lecteurs le considèrent comme un champion du protectionnisme", ce qui est un "jugement profondément inexact", notait néanmoins il y a quelques années l'enseignant et chercheur Thierry de Montbrial, cité dimanche par Le Figaro.

"Symbole de la méritocratie républicaine"
Auteur de plus d'une centaine d'ouvrages, Maurice Allais était Grand officier de la Légion d'honneur, médaille d'or du CNRS (1979) et Grand officier de l'Ordre national du mérite. L'Elysée a salué ses travaux "d'une grande actualité" et qui "démontrent la nécessité de l'action publique pour réguler l'économie de marché", François Fillon un chercheur "attentif aux grandes questions de son temps" et qui "s'était en particulier intéressé à l'Europe et à la mondialisation", et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Valérie Pécresse un "symbole de la méritocratie républicaine" et un "pionnier de la modélisation des grands équilibres macroéconomiques". Bruno Gollnisch, vice-président du Front National a quant à lui rappelé que le Front national s'honorait "d'être le seul mouvement politique qui a combattu pour l'application des théories économiques de Maurice Allais"

CHALLENGES.fr